Entrainement

L’importance du fractionné

Entrainement

On ne nous le répète jamais assez, mais on l’oublie souvent quand même : l’hiver n’est pas une saison triathlon “entre-deux”, où le travail principal est de développer son endurance.

Non.

L’hiver est déjà là !

Comme une préparation pour les premiers triathlons du printemps et des journées plus chaudes, plus longues, quand l’entrainement se fera un peu plus le soir et peut-être avec un peu plus de temps.

Le piège est simple : l’hiver on se dit qu’on a le temps.
La saison n’est pas tout à fait encore là, et du coup on aime rouler longtemps, courir sur du plat à vitesse constante, faire nos 1500m confort à la piscine. Mais effectivement, même si cela aide à conserver notre résistance et notre endurance, le travail de seuil peut pénaliser.

Oui.

En oubliant de varier nos entrainements et de travailler en fractionné, nous n’habituons pas le corps à se mettre hors confort, c’est-à-dire de se pousser pour justement augmenter sa vitesse, sa résistance à l’effort et son endurance.

Pour nous, triathlètes, cela veut dire fractionner nos 3 disciplines (mis a part pour les tout débutants qui auront besoin de travailler un minimum d’endurance).

Pour cela, il est important d’essayer de suivre les entrainements hebdo proposés par nos coaches sur notre page Entrainements et si vous pouvez, venir aussi régulièrement que possible pour bénéficier de l’effet de groupe qui pousse et encourage aux séances de natation, course à pied et vélo.

En somme…

En natation, il faudra travailler l’allure sur des distances spécifiques, la technique et la progression de notre VMA (?) à l’eau

À vélo, on se concentrera sur la vitesse mais aussi l’explosivité (je sprinte sur quelques secondes ou une distance spécifique, puis je ralentis et je recommence de plus belle), ce qui nous permettra de développer notre PMA (?) (comme la VMA pour le vélo) et les bosses qui feront travailler aussi bien la technique (danseuse, grimper régulièrement) que le mental (aie ! j’ai mal mais je ne m’écoute pas).

En course à pied on bosse sur la technique de course (améliorer nos foulées, économiser nos mouvements donc moins se fatiguer), sur le fractionné en travaillant sur des intervalles courts (qui nous paraissent souvent très très longs) et qui nous permettent d’augmenter notre VMA (?) chérie (plus elle est élevée, plus on améliore notre performance).

Bien entendu, ceci n’est qu’un petit rappel. Nos coaches et athlètes peuvent vous expliquer plus en profondeur et avec plus d’expertise l’utilité du fractionné en complément d’un entrainement au seuil. Il suffit de demander.

Février est déjà là, notre belle saison sportive (et Printanière) approche, donc profitons de cette saison pour varier notre travail et suivre les entrainements club, à distance ou en personne! Ne lâchez rien.

Tout ne fait que commencer.