ITW : Guillaume Primault

Il est là tous les lundis au bord de la piscine, le marqueur dans une main et un chrono dans l’autre, à nous prodiguer séances et conseils de nage. Car Guillaume Primault vit sa passion du triathlon depuis l’enfance et transmet désormais son savoir aux membres de la section.

Guillaume Primault

Comment as-tu découvert le triathlon ?
Vers 1985/86, mon père faisait parti de l’équipe de Poissy Triathlon avec les précurseurs de la discipline comme Georges Belaubre, Philippe Méthion, etc. et il nous emmenait sur les courses le weekend, notamment sur des courses mythiques à l’époque comme Nouâtre, les Mureaux, Nice, … J’ai donc découvert ce sport tout jeune.

Quel(s) sport(s) pratiquais-tu avant cela ?
J’ai essayé le judo et tennis, puis vers 10ans je me suis mis à la natation, mon premier vrai sport. J’ai ensuite été détecté par la Fédération Française de Pentathlon Moderne car j’avais de “bonnes bases” en natation et course à pied. Mais on va dire que l’équitation et moi ça n’a pas été l’amour fou. J’ai finalement commencé le triathlon à 15 ans.

Les longues distances m’effrayaient, maintenant c’est l’inverse, c’est la vitesse qui m’effraie.

Quelle est ta distance préférée en triathlon ? 
Il parait que plus on vieillit plus on aime les longues distances… Avant j’aimais beaucoup les Sprints et CD avec drafting car ça me convenait bien et surtout cela correspondait à mes objectifs (personnels et clubs). Les longues distances m’effrayaient, maintenant c’est l’inverse, c’est la vitesse qui m’effraie.

Qu’est-ce qui t’a amené à l’Aviron Bayonnais ?
Je suis arrivé à Bayonne pour des raisons professionnelles : ouvrir mon cabinet d’ostéopathie (06.40.27.21.88). C’est aujourd’hui chose faite. Par rapport à l’Aviron Bayonnais, j’étais déjà en contact avec Cyril Amiot. Je lui avais demandé à l’époque s’il connaissait un club sympa dans la région, et il m’a alors parlé de l’AB et m’a mis en relation avec Sébastien Froment et Nicolas Gounet.

En 2015, nous t’avons découvert comme entraîneur de natation en binôme avec Hugues Lezotre. Qu’est-ce qui vous distingue dans vos séances ?
Hugues est un ancien nageur de haut niveau moi ancien triathlète. Il a donc une approche technique de la natation pure et dure. Moi, j’ai une approche “triathlon” de la discipline. On se complète bien, je pense. Nous nous mettons d’accord le plus souvent possible pour la planification, en l’orientant vers la pratique du triathlon.

Comment prépares-tu tes séances ? Prends-tu en compte certains facteurs comme l’état physique des athlètes, les pré et post épreuves, etc. ?
Je prépare les séances en fonction de la planification annuelle que nous nous sommes fixés avec Hugues. En général je prépare la séance pour les lignes 5 et 6 et je l’adapte pour les 7 et 8.
Et bien sûr je prends en compte l’état physique des athlètes individuellement lors des séances, et évidemment les objectifs du club.

Se faire plaisir avant tout, sans se prendre la tête !

Guillaume Primault, marathon de Donostia
Marathon de Donostia

On imagine bien que tu nages vite. On sait aussi que tu cours vite. Ça veut dire que ton point faible c’est le vélo ?
“Vite”, tout est relatif !! Pour certains peut être, mais pour d’autres pas du tout 😉 En tous cas quand je courais les grands prix nationaux et autres, mon point faible était la course à pied.

À quel moment t’entraines-tu ?
Je nage les lundi, mercredi et vendredi midi avec un groupe de furieux (je ne citerai pas de noms, mais ça se passe à la ligne 5 !!). Je cours les mardi, jeudi et samedi midi et je roule le dimanche matin pour une grosse sortie + 2 autres séances selon le temps.

Quels sont tes objectifs sportifs cette année ?
L’Ironman de Nice le 23 juillet, mais aussi le SwimRun Costa Brava le 23 avril avec Cédric Jabeur et évidemment St Pée et Mimizan. Pour la suite je ne sais pas encore.

Et en marge du triathlon, tu fais un autre sport ?
Oui je pratique un peu le golf avec mon beau père et mon beau frère qui sont mordus de ce sport. Et un peu de surf quand il fait beau et chaud et que les vagues ne sont pas trop grosses 😉

As-tu un conseil pour les nouveaux, les anciens, enfin tous, quoi ?
Un conseil pour tous : se faire plaisir avant tout, sans se prendre la tête ! Je pense que le club et son bureau mettent tout en œuvre pour que l’ambiance soit bonne, pour que les adhérents aient de bonnes infrastructures et des entrainements cohérents. Pour avoir fait plusieurs clubs en France, les Bayonnais sont plutôt bien servis !

Un dernier mot ?
Bonne saison à tous ! Amusez vous bien !