Ironman de Nice 2018

Comme presque chaque année, l’Aviron Bayonnais avait envoyé sa délégation à l’Ironman de Nice.

Morgane Pacholczyk tout d’abord a réalisé un “coup de maitre”, pour reprendre l’expression du journal Sud-Ouest qui lui a consacré un article : 10h37 au final (1h02 nat / 5h46 vélo / 3H37 cap), 4ème temps dans sa catégorie 30-34 ans, 15ème féminine (derrière plusieurs pros). Une super performance donc qui montre toutes les qualités de Morgane après son podium au Lacanau Tri Events dernièrement. C’est également une confirmation pour ses copains et copines de club puisque Morgane est solide dans les 3 disciplines et le montre régulièrement à l’entrainement … décidément l’AB a de sacrés compétitrices avec Morgane, mais également Fred Loustalet (3ème du Frenchman) et Manuella Leroueille (voir ci-après).

A côté de cette championne, il y avait également un groupe “B”, celui des vieux briscards (Laurent, Steph, Denis), pris au mot par une jeune rookie qui voulait leur montrer qu’il était temps de passer à la pêche. Cette rookie n’était pas n’importe qui puisqu’il s’agissait donc de Manuella Leroueille, 1ère féminine quand même au triathlon de St Pée sur Nivelle … elle avait déjà montré qu’elle pouvait tenir la dragée haute à Laurent et Steph, prenant ses relais en vélo sans sourciller et menant tambour battant le groupe … rendant à Laurent la cadence infernale qu’il imposait sur les bords de Nive en course à pied.

Dans ce groupe aux multiples ambitions et multi générationnel, il y avait donc :

  • Steph Nieto, cat 50-54, 6 iron à son compteur, qui venait faire l’iron de Nice en touriste après un entrainement plus léger que d’habitude …. mais après tout il détenait le record de ce petit monde à Nice en 11h00 en 2016. A l’expérience, tout est possible ! … et il se tenait donc en embuscade.
  • Manuella Leroueille, cat 30-34, premier iron donc mais surement la plus réfléchie dans son programme (stage à Majorque, sophrologie …). La plus complète aussi puisque aucune faiblesse dans les 3 disciplines. Entraînement et derniers conseils de Guy Hemmerlin jusqu’à la dernière minute !
  • Laurent Foncillas, cat 40-44, 2ème iron de Nice en perspective, revanchard comme jamais, prêt à atomiser son coéquipier Denis, enchainant des heures d’entraînement avec des temps plus que convaincant … Est-ce que son heure de gloire était là ?
  • Denis Joyeux, cat 45-49, 2ème iron également, mais après celui de Vichy … allait-il résister aux cuisses d’acier des 3 autres sur le vélo ? … pourrait-il refaire le coup de Pampelune ? (bricoler le vélo de Steph pour une petite casse, introduire les bons ingrédients dans les bidons des 2 autres, programmant ainsi une panne moteur sur la course à pied …)

Afin que le combat soit équitable, il avait été convoqué 4 arbitres indépendants : Jessica Brozek, qui a coaché le dernier entrainement vélo jusqu’à Monaco, Virginie, Ainhoa et Louka Foncillas, en dignes représentants de l’école de tri.

 

La veille de la course, Laurent a failli être disqualifié pour un coup (très) bas envers son concurrent Denis, en détournant son attention pour qu’il tombe et se fasse un bel hématome sur le tibia. Le tribunal du sport, présidé par Virginie Foncillas, a décidé de le réhabiliter au vu des remords exprimés !

Vient le jour J … on devine de la fébrilité chez certains, une soudaine incertude sur le “bon” sandwich au ravitaillement, un brutal mal de tête de certains …

On s’approche du front de mer et de la pose du vélo … un dernier petit gonflage et tout semble ok. Non !!! le stress fait perdre de la lucidité  : trifonction mise à l’envers obligeant à se mettre à poil au milieu des filles,  bidon encore dans la main alors que l’on est prêt à sortir du parc vélo … bon la solidarité est de mise et chacun rappelle à l’autre ce qui doit être fait !

Dernière petite nage dans une mer Méditerranée glassy et transparente, 23°, et nous voilà positionnés pour le départ.  Manuella, Steph et Denis dans le groupe 1h06, Laurent plus loin. Les pros partent, on suit de près. Cela bataille un peu mais rapidement chacun trouve son rythme de croisière. Sortie de l’eau, surprise ! Denis à 1s de Steph et Manuella à 6 s … peuvent pas se séparer ceux là ! Laurent finira juste derrière en 1H06 (et dire qu’il se planquait en ligne 7 à la piscine). Lors de la T1, un de nous croit qu’il y a de la nat au milieu du vélo puisqu’il part direct sur le vélo avec sa combi (un bénévole lui indique qu’il ne sera pas très à l’aise …).

Voilà le vélo, chacun se perd. Beaucoup de monde sur la route. Tellement qu’on serre les dents sur la cote de la condamine (30 km) où cela grouille de cyclistes … Laurent remonte Denis vers le 40, puis Manuella, puis Stéphane. Il faut lui dire de garder son souffle (il a tendance à beaucoup parler ;-)), que c’est son jour ! pourtant un aller-retour de quelques km montre que les écarts sont réduits, malgré le rythme imposé par Lolo … il faut dire que nous sommes sur la montée du col de l’Ecre, terrain plus favorable à Denis et Manuella que Laurent et Stéphane. Les paysages sont magnifiques, le parcours est varié et peu monotone. A partir du 120, c’est une longue succession de descentes, plus ou moins techniques. Laurent a quelques problèmes de mal au ventre, Stéphane fait parler son expérience, Manuella et Denis se régalent devant ce parcours qu’ils découvrent. Attention quand même à ne pas trop se griser, quelques chutes dans les virages montrent que cela reste dangereux. Sur les 20 derniers km, Stéphane rattrape Laurent et le ramène sur la promenade des anglais. Au final Laurent fait 5h56, Stéphane et Denis 5h59, Manuella 6h16. Laurent a eu jusqu’à 7 mn d’avance sur Steph au 115 mais a coincé par la suite.

Le moment de vérité est arrivé : le marathon se présente devant nous, sous une chaleur difficile. Alors que Denis se sent en canne (4mn 40 sur les 10 premiers km), les 3 autres sont rapidement dans le dur. Au semi, pluie vent et chute brutale des températures ne rendent pas plus facile la course. Il faut s’accrocher, notre team Jess, Virginie, Ainhoa et Louka nous soutiennent à plein poumons mais d’autres également. La dernière boucle libère tout le monde et les jambes volent plus vite pour Manuella, Laurent et Steph. Au final Denis fait 3h46, Manuella 4h29, Laurent 4h38 et Stéphane 4h51.

On est tous heureux et notamment Manuella à qui l’on crie “you are an ironman” sur la ligne d’arrivée … ce n’est plus une rookie maintenant !. Temps final total : 11h08 pour Denis, 11h55 pour Laurent, 12h06 pour Manuella et 12h12 pour Stéphane.

Après cette belle course, il était temps de se requinquer avec un bel hamburger le soir même, et des plats à gogo lors de la cérémonie de clôture (je ne parle pas des bières). Ouf, Denis repasse au-dessus des 60 kg (on a cru le perdre). On en a aussi profité pour expliquer à Romain Guillaume et Manon Genêt sur quoi ils pouvaient améliorer leur course (sérieusement super sympa les pros). Enfin quelques bobos à soigner maintenant, comme les irritations de Lolo (on vous taira l’endroit).

   

En tout cas, au-delà de l’épreuve sportive, on aura passer de longs et super moments ensemble : sous la flotte pendant les entrainements, les whatsapp à gogo, et bien sûr le summum lors de notre périple à Nice.

Bon et maintenant … à nos athlètes de Vittoria de faire parler la poudre ! GO GO LES GARS !!!