Donostia Baiona Donostia 2017

Dimanche 9 se disputait la DBD, comprenez la Donostia Baiona Donostia (comprenez encore San Sebastian Bayonne San Sebastian). Un parcours de 130 kilomètres comptant un dénivelé positif proche de 2000m puisqu’il passe deux fois par l’escalade du Jaizkibel et le col de Saint Ignace. Un défi pour 7 avironnarak que nous racontent Cris Kolazino et Pauline Duperray.

AB Triathlon sur la Donostia Baiona Donostia 2017
Pauline, Cris, Simon et Nico

Cris : “Nous étions 7 triathlètes de l’AB inscrits à « La Indurain », motivés –ou plutôt challengés– par Monsieur le Trésorier (aussi connu sous le nom de Potto) qui fait aussi partie de la team. Puis, on nous a laissé entendre que cette épreuve cyclotouriste est une des plus dures avec 180km, 3.000m de dénivelé positif,… Et là on s’est dit : « il va falloir rouler ! ». C’est comme ça que nous avons fini par faire la DBD, pour mesurer notre état de forme et pour accumuler des kilomètres dans les jambes.”

Pauline : “Je savais que ça n’allait pas être évident, jamais fait de distance aussi longue, surtout en montant deux fois le Jaizkibel ! Mais bon, on est avec les copains, il fait beau, donc on y va !!
Ça commence avec un gros coup de stress, je n’étais pas inscrite sur leur liste (alors que mon compte a bien été débité… ). Bref, ils finissent par me donner le dossard de quelqu’un qui n’est pas venu ! Du coup on part directement.”

Cris : “Moi, personnellement, je m’étais préparée pour partir dans les meilleures conditions (repos, charge de carbohydrates, hydratation…), et le résultat a été satisfaisant. J’ai tenu un bon rythme, je n’ai pas senti le Jaizkibel dans les jambes à l’allée, je me suis régalée sur la corniche.”

Pauline : “Je pars avec Cris, Julien Simon et Nico Pons ! Ils ont l’air bien, très bien. La montée se déroule bien, mais je déraille. Ils filent dans la descente et après quelques kilomètres seule, Marine Berrué et Etienne Andre me rattrapent dans la montée d’Hendaye !”

Cris : “Avec Nico Pons et Julien Simon, nous avons formé un bon groupe et on a bien roulé. St Ignace est passé facilement. Pourtant, au km 100, j’ai ressenti le Jaizkibel beaucoup plus dur au retour et je n’arrivais pas à suivre le rythme de mes deux coéquipiers. Qu’est-ce qu’ils sont forts ! À la descente, par contre : la joie !”

Donostia Baiona Donostia 2017 dénivelé

Pauline : “Etienne restera avec moi tout le long pour me motiver en me racontant des blagues ! Quant à Marine, elle file avec un peloton et profite de la course.”

Cris : “Dans les cinq derniers kilomètres, des crampes, à cause peut-être de l’effort fait pour essayer de rattraper Julien et Nico. Heureusement, ils m’ont amené jusqu’au but.”

Pauline : “Finalement, malgré toutes ces péripéties (et une crevaison/réparation à 10km de l’arrivée), je suis super fière et contente d’avoir fait cette distance ! Le parcours était sublime et le temps nous a bien aidé à profiter de cette course 🙂
Et bien sûr à l’arrivée, la petite baignade et bière nous ont bien aidé pour la récup ! À quand la prochaine ?”

Cris : “Cris : Je suis contente de l’avoir fait, pour le parcours qui était formidable, pour la bonne ambiance d’une épreuve cyclotouriste sans classement, et pour les bonnes sensations. Et si maintenant nous disions que nous l’avons fait seulement pour nous entraîner ? Parce que c’est exactement ça ! Il faut continuer à s’entraîner, parce que le 22 juillet le col le plus dur se trouvera justement après le km 130, et là il me faudra des jambes.”

 

Les Bayonnais au depart de la cyclosportive Dbd – 130 km #abtriathlon #130km #donostiabaionadonostia

Une publication partagée par Aviron Bayonnais Triathlon (@avironbayonnaistriathlon) le