ITW : Pierre-Yves BIGOT

Pierre-Yves BIGOTPierre-Yves Bigot

Il nage plus vite que bon nombre, voire que son ombre. Dans la ligne 5 c’est celui qui double les autres en dos-crawlé. D’ailleurs l’eau il connaît puisqu’il en relève la qualité dans son boulot. Cette année il a pris les rênes du Triathlon des Corsaires et le voilà qui brasse la paperasse. Mais il en connaît un rayon, PY !

Comment as-tu découvert le triathlon ?
J’ai découvert la triathlon en m’entraînant en natation avec des amis triathlètes. Par simple curiosité au début, puis j’ai vite accroché à ce sport complet. Il y a une très bonne ambiance et mentalité dans ce sport.

Faisais-tu du sport avant ça ?
Oui je fais de la natation depuis l’age de 8 ans, puis de la CàP vers 14/15 ans et le vélo vers 25 ans.

Quelle est ta distance préférée en triathlon ? As-tu un souvenir particulier ?
J’aime bien la distance M. Mon premier triathlon a été un M, je me suis régalé. Très bon souvenir. 

Pourquoi l’Aviron Bayonnais ?
Lorsque je suis arrivé dans la région il y a 3 ans. Je me suis renseigné si l’Aviron avait une section triathlon. De plus j’ai toujours suivi la section rugby même si j’habitais loin (Lyon), donc je suis très content de porter les couleurs de l’Aviron.

En 2016 l’AB-Tri devient co-organisateur du Triathlon des Corsaires à Socoa avec l’Urkirolak. Tu es à cette occasion le régisseur de l’épreuve. En quoi consiste ta tâche ?
Je veille à ce que l’organisation avance au fil des semaines. Il y a toute une équipe qui travaille depuis le début de l’année sur l’événement. Je valide également tous les éléments administratifs (sécurité course, relation sous préfecture, validation parcours…)

L’organisation d’un tel événement est fastidieuse et une équipe s’est formée autour de toi. Qui en est et avec quelles charges ?
Il y a une équipe importante de bénévoles qui est déjà à l’œuvre : Benjamin Souq qui s’occupe de démarcher des sponsors, Sébastien Froment qui s’occupe des nombreux lots et trophées, Pierre “Potto” Poeydomenge qui gére les inscriptions depuis l’ouverture fin janvier. Il y a également Romain, Anne Laure, Némo, Maxime, Benoit Perruche, Fred Maget, Mathias, Cristina… qui  s’occupent de la logistique, préparation des parcours, traduction, communication….

On sait, d’un point de vue sportif et surtout triathlète, que l’épreuve est d’importance. Mais est-ce facile de décrocher des partenaires ?
Non ce n’est pas facile. On communique un maximum et une personne est en charge de ce point : Benjamin Souq dit Souquy (ou La suze). Les adhérents du club ont également démarché des sponsors. Pour le moment, le résultat est là puisque nous avons environ une dizaine de sponsors pour l’épreuve. 

Globalement, peut-on s’attendre à des nouveautés cette année sur l’épreuve ?
La nouveauté cette année est les 2 courses jeunes (6/9 ans et 10/13 ans). Il y a peu de courses jeunes dans la région. De plus nous avons une école de triathlon qui fonctionne très bien (40 jeunes). On a donc décidé de créer ces 2 courses afin que les jeunes puissent s’amuser sur ce magnifique parcours.

Pierre-Yves BIGOT
Pierre-Yves en équipe à St Pée

Revenons à toi. Après une saison 2015 en demie-teinte due à une grosse blessure, comment te sens-tu pour 2016 ?
Oui ca va bien, je me suis régalé à courir cet hiver (2 courses de 10 km en novembre puis décembre) après 8 mois sans pouvoir le faire. En natation et vélo, je suis très content des entraînements club, il y a toujours une bonne ambiance. Pour 2016, je suis inscrit à St Pée en équipe puis à Bilbao en individuel (M).

On sait que l’eau est ta discipline phare. Comment prépares-tu vélo et course à pied ?
Je n’ai pas de programme spécifique, j’essaie de prendre du plaisir à chaque entrainement. En vélo, j’aime les sorties longues au calme dans les monts basques. En CàP, des problèmes de dos il y a quelques années ne permettent pas de faire des grosses séances régulièrement, mais j’aime bien les séances du mardi et les sorties natures au calme.

Un dernier mot ?
Nous avons la chance d’avoir d’excellentes conditions d’entraînements (logistique, coach, dirigeants…). Il y a une très bonne ambiance : convivialité sportive et extra sportive. Tout simplement, je me sens bien dans ce club. C’est pour cela que j’ai décidé d’en être un membre actif.

Bonne saison à tous.