Infinitri Peniscola 2019

Triathlon de Peniscola 2019Le triathlon de Peniscola, c’est avant tout un cadre et une organisation rodée. Peniscola, commune de la province de Castellon dans la communauté Valencienne est une station balnéaire avec une grande plage de sable bordée de hauts immeubles. A son extrémité, la presqu’ile avec ses remparts, son château et ses anciennes maisons sont le cadre de la première activité du triple effort.

En effet, l’originalité de la natation réside dans le fait de s’élancer de la plage nord, de partir au large et de contourner ces remparts majestueux avant de rentrer dans la zone portuaire et la plage du centre-ville. Vient ensuite, la partie vélo, exigeante par ses 1200 m de dénivelé positifs sur des routes jouxtées par des vergers d’orangers, de citronniers ou de mandariniers. Ce samedi 4 mai, le vent soufflant en rafale est venu rajouter de la difficulté sur ce parcours en usant les physiques et obligeant chaque concurrent à redoubler de vigilance. Le semi-marathon, dernière activité des réjouissances se déroule sur un parcours en front de mer, principalement sur la promenade de la playa de Norte et sur une partie plus vallonnée au sud. Le vent a continué à user les corps et l’arrivée dans les remparts de la vieille ville a été un soulagement et une délivrance pour chacun.

 

2 départs, 2 minibus, 2 apparts, 1 remorque, 14 bayonnais direction Peniscola.

Equipe 1 du matin : Benoit, Mathias, Didier, Maxime, Manuella, Etienne, Pauline, Jessica

Equipe 2 de l’aprem : Seb, Jeff, Vincent, Romain, Némo, Julien

Avant d’arriver à l’appartement nous avons failli tous mourir sur la route à cause de l’échelle d’un camion qui a failli nous couper en 2. Mais une fois là, une terrasse gigantesque avec vue sur la mer à 2km du départ. Un cuistot : Mathias. On a beaucoup squatté la chambre d’Etienne et Maxime (normal c’était le salon).

Les forces en présences

Benoit : il en a marre des triathlons en Espagne à cause du vent, il fait jamais beau dans ce pays.
Didier : il veut donner son bonnet rouge Elite à la sortie de l’eau.
Sébastien : il s’est entrainé corps et âme pour battre les 2 Julien, il n’est pas là pour rigoler, c’est grâce à lui (ou à cause) qu’on est parti pour ce Tri.
Julien  Simon : il prend le départ pour son dernier Triathlon, ras la casquette.
Némo : il parlait beaucoup moins que d’habitude mais avait toujours le Style.
Mathias : il était là pour cuisiner et gérer son effort.
Etienne : pas monté sur son vélo depuis son Triathlon XXL de Vitoria (juillet 2018) il se lance sur un Half
avec au compteur 20km de natation en 2 semaines.
Vincent : il est toujours prêt et souriant.
Jessica : c’est l’année du délire, Rookie du Half.
Pauline : elle est en vacances, peut dormir au lieu de se lever à 3h et en profite pour faire un Half.
Malheureusement elle attrape de jolies plaques rouges qui la grattent beaucoup, elle doit mettre de la pommade à base de Cortisone. Benoit la met en garde en cas de contrôle antidopage pour un risque de suspension et son dossier drogue.
Romain : il n’a pas lavé son vélo et ne doit plus couper ses cheveux mais vient se tester et rigoler avec les copains avant le FrenchMan.
Jeff : il nous fait des câlins forts et nous embête.

Un petit tour de vélo le vendredi matin pour se dégourdir les jambes avec l’équipe 1 et 10min de course à pied -ou PAS- pour certains. Pendant ce temps l’équipe 2 se fait emmener en minibus par julien Simon sur le haut du parcours pour faire de la descente.
Direction le stand pour récupérer les dossards où on y croise Tim Don (grand triathlète). On regardera en rentrant un reportage émouvant sur lui qui nous rend encore plus déterminé (après avoir regardé des vidéos plus coquines d’Etienne).
Max ne peut pas récupérer le dossard de Manuella, on essaie de trouver des méthodes pour gruger (perruque blonde, …) mais on restera sage, Max fera du vélo en touriste sans dossard.
Le soir, une file d’attente plus que merdique nous attend pour déposer nos vélos au parc. On y retrouve nos copains de l’équipe 2 avec un Julien Simon vraiment pas motivé (contraint par Seb sous la torture). Il oublie son bracelet d’accréditation (acte manqué) indispensable pour entrer dans le parc à vélo (les contrôles sont plus sévère qu’à l’aéroport). Il retourne le chercher en vain à l’appart 2. Mathias, bilingue en espagnol, entre en scène pour négocier… Bref Julien doit patienter. Romain aussi a du mal avec son bracelet, c’est au poignet qu’il faut le porter et non dans la poche. Plus tard, ils ont finalement pu poser leurs vélos.

Jour de Course :

Etienne fait des roulades sur la plage pour s’échauffer. Il fait froid, il y a du vent, mais le ciel est tout bleu.
Jessica enfile pour la première fois une vraie combinaison (celle de Pierre Poyedomenge) et va nager. C’est bien connu, on teste toujours le nouveau matos le jour de la course. Popo s’est faite attaquer par un requin, heureusement elle est vivante, un peu moins sa combi. Manuella fait des photos avec l’appareil de compet Studio Amprod. Maxou est retourné faire dodo après nous avoir déposés.

5 vagues de départ, mer agitée, on doit tous sortir de l’eau…

T1 : Etienne enfile ses chaussures de course à pied pour aller sur son vélo, il voit qu’il y a un problème, il bat le record de transition : 6min, il s’en fout il a 6 sandwichs.
Jessica retrouve Etienne (inséparables ces 2 là, ça ne leur suffit pas de faire une colloc) au premier ravito du Vélo, ils roulent ensembles jusqu’à ce que Jessica se trompe de demi-tour du petit zigouigoui (ce n’est pas faute d’avoir reconnu le parcours la veille pourtant) et tombe en déraillant tout doucement dans un petit fossé verdoyant. Elle galère à remettre sa chaine pendant que Romain finissant son zigouigoui lui dit « allez Jess yeah yeah ».
Un peu plus tard Romain se prendra une pénalité un peu plus longue que prévue pour cause de drafting. Il niera en bloc toute tentative de triche, ce n’était pas lui.
Maxime sur son vélo sans dossard avec sa super tenue de Donastia Baiona aura encouragé tout le monde… Il roule avec Jessica et retrouveront Etienne quelques kilomètres plus loin. Tous les 3 discutent, rigolent et roulent comme sur une sortie ABtri du samedi. Etienne ne peux s’empêcher de faire des « coucous » aux filles de l’orga pour montrer qu’il est trop à l’aise mais il a mal aux cuisses.
Vincent nous avouera qu’il faisait mine d’être au top sur la course à pied avec une foulée aérienne pour les photos et nous déstabiliser. Mathias tout en contrôle. Jeff et Romain abandonnent en course à pied pour cause de blessures.

Infinitri Peniscola 2019-Benoit Perruche Infinitri Peniscola 2019-Sébastien Froment Infinitri Peniscola 2019-Etienne André d’Anhoffre & Romain Etchenique Infinitri Peniscola 2019-Pauline Duperray Infinitri Peniscola 2019-Julien Lestage Infinitri Peniscola 2019-Mathias Ancibure Infinitri Peniscola 2019-Julien Simon Infinitri Peniscola 2019-Jeff le Du

Bref on est tous contents, on a passé un super moment, on a beaucoup rit, il y avait du soleil et une mer bleu trop jolie. Benoit finit 24eme, Seb accomplit sa mission en battant les 2 Julien, Jessica finit son premier Half, Etienne veut faire le FrenchMan XXL et en plus le L… On a hâte de la prochaine destination pour un L l’année prochaine …VIVE LE TRIATHLON, VIVE l’AVIRON BAYONNAIS Triathlon et VIVE les APEROS RIGOLOS.

Mathias raconte : “Peniscola, j’en retiendrais un bon souvenir. L’épreuve en elle-même relève d’un sacré défi. Ne connaissant pas les lieux, même après un petit repérage du parcours à vélo, nous a réservée de belles surprises. Il fallait être préparé et pour une fois je n’y suis pas allé en touriste. Résultat : du plaisir en terminant la course à pied avec un grand sourire. Mais ce qui te conditionne le plus au moment de cette course, c’est bien entendu l’ambiance dans laquelle tu berces pendant ces 4 jours. Et une fois de plus j’ai été agréablement surpris. C’est ce qui respire dans ce club, un partage de bons comme de mauvais moments, ou la convivialité et l’humour prennent le dessus sur l’esprit compétitif. On repart quand en vacances ? ” signé Moustic et ses lentilles saucisses.

Didier raconte : “Ce qui a surtout été marquant me concernant, je dirais que c’est avant tout l’ambiance de notre appart’ et la personnalité de chacun d’entre vous avec lesquels je me suis senti très à l’aise. Pas de filtre et de la bonne humeur (mais ça, c’est de l’extra sportif)“.

Infinitri Peniscola 2019-team1

LES RESULTATS :

Benoit Perruche : 24eme, 4h37, nat 29’14, vélo 2h35, cap 1h27
Didier Graciet : 113eme, 4h59, nat 34’42, vélo 2h46, cap 1h33
Sébastien Froment : 209eme, 5h11, nat 28’05, vélo 2h47, cap 1h51
Julien Simon : 269eme, 5h20, nat 28’47, vélo 2h52, cap 1h53
Julien Lestage : 287eme, 5h22, nat 36’41, vélo 2h44, cap 1h55
Mathias Ancibure : 456eme, 5h40, nat 37’52, vélo 3h03, cap 1h50
Vincent Berron : 559eme, 5h54, nat 32’18, vélo 3h09, cap 2h03
Etienne André d’Anhoffre : 595eme, 6h01, nat 38’32, vélo 3h24, cap 1h49
Jessica Brozek : 633eme, 6h07, nat 32’17, vélo 3h21, cap 2h06
Pauline Duperray : 664eme, 6h13, nat 46’55, vélo 3h22, cap 1h58
Jean Francois Le Du : Abandon, nat 37’22, vélo 2h57
Romain Etchenique : Abandon, nat 37’54, vélo 3h23
Manuella Leroueille : Bléssée
Maxime Mendy : il n’a pas pu récupérer de dossard

Fermer le menu